bg

Préjudice corporel: préjudice de la famille d’une victime d’un attentat

Dans un arrêt du 08 janvier 2020, n°19-82385, la Cour de cassation a retenu que la constitution de partie civile de la famille d'une victime d'un attentat est recevable même si la victime était seule présente au moment de la commission de l'attentat. Il suffit aux membres de la famille souhaitant se constituer partie civile de démontrer l'existence d'un préjudice qui leur est personnel et son lien direct avec l'infraction pénale.

Tags: No tags